brcko la guerre

 

mes reportages en bosnie

BRCKO, ville-frontière entre la Bosnie Herzégovine et la Croatie : la guerre y fait rage.

C'est cette ville que le journal américain "Newsday" (2 Août 1992) avait citée comme un "camp de la mort" (un camp de concentration tenu par les serbes).

Philippe Buffon, journaliste-réalisateur-cameraman y est allé, seul.

Il y a vu : une ville dévastée, presque vidée de ses habitants.


Une journaliste yougoslave d'une radio serbe de Bosnie dit que les entrepôts LUKA BRCKO ont été montrés du doigt par les bosniaques comme l'endroit où se trouvait

un camp de prisonniers, un camp de concentration.

Philippe Buffon obtient auprès des serbes l'autorisation de visiter ces entrepôts.


Il y voit sur place :

De grands hangars remplis de briques, d'alcool à 90°, de gravats, de voitures...

Aucune trace présente ni passée de prisonniers.

Curieusement, dans certains hangars, le sol est mouillé (il a été récemment lavé).

Le colonel serbe MIROSLAV MOKOVIC explique ce qu'étaient ces hangars avant la guerre. Il dit "ce n'est pas un camp de concentration, cela a toujours été des entrepôts et c'est encore des entrepôts".


Ces hangars, situés très près des combats, auraient-ils fait office de camp de

prisonniers ? de camp de la mort ? de camp de réfugiés ? de camp de transit ?

Le sentiment de Philippe Buffon est que non : trop près des combats.

A 500 mètres de là, il y a la ligne de front entre les forces croates et les forces serbes (les serbes de la République Serbe de Bosnie Herzégovine)

Sur ce front, les croates n'ont pas engagé leur armée mais se battent par musulmans interposés.

Les militaires Serbes déclarent :

"On ne fait pas de prisonniers parce que  les musulmans combattants pour les croates préfèrent la mort et les autres, non musulmans, ont été échangés contre des prisonniers serbes.


Philippe BUFFON est allé sur cette ligne de front où les combats sont extrêmement violents :

les Croates et les Serbes se combattant à 50 mètres de distance.


Des images choc. La guerre vue de très près.



Réalisation Philippe BUFFON